L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir, Rosa Montero

Pour tenter de ranimer ce blog, je vous propose que l’on renoue par le biais de ce « petit » livre. « Petit » par la taille certes, mais « Immense » par le coup de cœur.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas fait ce genre de rencontres, à la fois belle, touchante mais aussi intellectuellement exigeante. Oui, oui, rien que ça..

Pourtant, ces derniers temps, j’en ai rencontré du beau monde : de ceux que l’on se presse de retrouver dès que l’on rentre dans le métro, auxquels on ne fait que penser, dont on tourne les pages avec avidité et parfois avec un léger sentiment de culpabilité, qui nous laissent pantois(e) une fois la dernière ligne lue mais que l’on oublie aussitôt. Avec Rosa Montero, c’était à la fois fulgurant, passionnel mais aussi cérébral et passionnant. Et, des livres qui font à la fois du bien et réfléchir vraiment, ça faisait longtemps.

Pourtant, quand je l’avais croisé pour la première fois en librairie, j’avoue que je l’avais à peine regardé. Le titre m’avait un peu refroidie, je m’étais vaguement dit « c’est quoi encore ce titre à la Marc Lévy… » Bref, quand on est snob, c’est pour la vie. Mais c’était sans compter sur l’une de mes entremetteuses préférées…

Elle a offert ce livre à ma mère en le présentant comme : « s’il ne fallait en retenir qu’un cela serait celui-ci ». Et elle avait bien raison.

Bon, allez, trêve de bavardages, je vous présente ?

montero

Pas facile, en fait de présenter ce « petit » (j’arrête avec les « petits », promis.) livre qui brouille les pistes du genre: biographie ? autobiographie ? essai ? un habile mélange des trois je dirais.

Alors, que Rosa Montero patine à la rédaction de son prochain roman, son éditrice lui propose de rédiger la préface du journal que Marie Curie a tenu après le décès accidentel de son époux, Pierre Curie. Pour Montero, cette lecture est bouleversante et la renvoie à sa situation à elle. « J’ai senti que je pouvais utiliser le personnage de Marie Curie, si grand, si complexe, comme un écran où projeter les réflexions et les émotions qui tournaient dans ma tête et dans mon cœur depuis deux ans. » L’auteur se sert alors de ce nouveau projet de biographie sur la vie de Marie Curie pour parler de son deuil à elle, suite à la mort de son compagnon Pablo en 2009, mais aussi, pour tisser un ensemble de réflexion sur l’évolution de la condition féminine dans le domaine des sciences mais aussi dans la vie en général. Et tout ça, en 180 pages. Mais alors quelles 180 pages !

Si l’écriture peut sembler facile au premier abord, il n’en est rien. L’écriture de Rosa Montero est certes, fluide, drôle et parfois très orale (j’adore son usage des « # ») mais elle vient servir une réflexion assez poussée et pertinente sur le deuil, la vie de femme etc… La construction du récit est vraiment intéressante: on suit chronologiquement la vie de Marie Curie, l’auteur replaçant chaque épisode marquant dans son contexte historique, étirant à partir de là des réflexions plus générales sur la conditions des femmes puis faisant le parallèle avec sa propre expérience.

Pour moi, cela a été une vraie découverte à de nombreux points de vue. Je ne connaissais que très peu de choses sur la vie de Marie Curie, grâce à ce roman, j’ai fait connaissance avec une magnifique femme, forte, au destin incroyable et qui a du se battre pour s’imposer alors qu’elle était un véritable génie. Son destin est vraiment émouvant et captivant. Rosa Montero réussi à restituer également la femme derrière la scientifique à l’image sérieuse que l’on peut avoir. Elle devient un être charnel, passionnée (pour son cher radium comme pour ses amants) mais aussi terriblement humain (elle s’entête à étudier le radium sans protection, les rapports qu’elle entretient avec ses filles sont … euh.. spéciaux.). J’ai beaucoup aimé les réflexions sur la vie en tant que femme, cela a beaucoup résonné  en moi.

 

Ce livre est pour vous si :

  • vous aimez les petits rigolos qui cachent bien leur jeu
  • les féministes
  • les calés en Histoire qui vous apprennent plein de trucs sans toutefois avoir le melon
  • les rencontres inattendues

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s